Bienvenue sur le site de la Basilique Notre-Dame des Victoires, sanctuaire marial et haut-lieu thérésien du diocèse de Paris. Vous pouvez ici consulter les horaires, le calendrier, découvrir les différentes activités que nous vous proposons, mais aussi confier vos intentions de prière, ou visiter la basilique...

Nouveau venu ? Cliquez ICI

* Ce champs est obligatoire
Accueil » Chapelet et Rosaire

St-Louis Marie Grignon de Montfort (1673-1716), se référant lui-même aux écrits d’Alain de la Roche, exprime merveilleusement l’excellence de la récitation du Très Saint Rosaire dans son livre :

         « Le secret admirable du Très Saint Rosaire » :

« Le Saint Rosaire dans son fond et dans sa substance étant composé de la prière de Jésus-Christ et de la Salutation angélique, à savoir le Pater et l’Ave et de la méditation des mystères de Jésus et de Marie, est sans doute la première prière et la première dévotion des fidèles, qui depuis les apôtres et les disciples a été en usage de siècle en siècle jusqu’à nous. »

« Cependant, le Saint Rosaire, dans sa forme et la méthode dont on le récite à présent, n’a été inspiré à son Eglise, donné de la Sainte Vierge à Saint Dominique pour convertir les hérétiques albigeois et les pécheurs, qu’en l’an 1214. »

Le Rosaire renferme deux choses, à savoir :
l’oraison mentale et l’oraison vocale.

L’oraison mentale du Saint Rosaire n’est autre chose que la méditation des principaux mystères de la vie, de la mort et de la gloire de Jésus-Christ et de sa très Sainte Mère.

L’oraison vocale du Rosaire consiste à dire quinze dizaines d’Ave Maria précédées par un Pater et suivies d’un Gloria, pendant que l’on médite et que l’on contemple les quinze vertus principales que Jésus et Marie ont pratiquées dans les quinze mystères du Saint Rosaire. »

« Dans le premier chapelet, qui est de cinq dizaines, on honore et on considère les cinq mystères joyeux » :

L’Annonciation
La Visitation
La Nativité
La Présentation de Jésus au Temple
Le Recouvrement de Jésus

« au second chapelet, les cinq mystères douloureux » :

L’Agonie
La Flagellation
Le Couronnement d’Epines
Le Portement de Croix
Le Crucifiement

« et au troisième chapelet, les cinq mystères glorieux » :
La Résurrection
L’Ascension
La Pentecôte
L’Assomption
Le Couronnement de Marie.

LA PRIERE PREFEREE DE JEAN-PAUL II

Jean-Paul II


«  Le Rosaire est ma prière préférée. C’est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur… En effet, sur l’arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de Jésus Christ. Réunis en mystères joyeux, douloureux et glorieux, ils nous mettent en communion vivante avec Jésus à travers le cœur de sa Mère, pourrions-nous dire.

En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines tous les évènements de notre vie individuelle et familiale, de la vie de notre pays, de l’Eglise, de l’humanité… C’est ainsi que la simple prière du Rosaire s’écoule au rythme de la vie humaine  »

(cf. Angelus : Insegnamenti (1978) pp. 75-76)

 ANNEE DU ROSAIRE

Cf . Lettre apostolique «  Rosarium Virginis Mariae  »
Le Rosaire de la Vierge Marie (16 octobre 2002)

«  J’ai senti la nécessité de développer une réflexion sur le Rosaire… pour exhorter à la contemplation du visage du Christ en compagnie de sa très sainte Mère et à son école. En effet, réciter le Rosaire n’est rien d’autre que contempler avec Marie le visage du Christ…

Je propose donc l’année qui va
d’octobre de cette année à octobre 2003 : 

Année du Rosaire »
.

 LES MYSTERES DE LUMIERE


«  Afin de donner une consistance nettement plus christologique au Rosaire  », notre Saint-Père propose dans sa lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae une intégration des mystères de la vie publique du Christ, entre le Baptême et la Passion,

« car c’est dans l’espace de ces mystères que nous contemplons des aspects importants de la personne du Christ en tant que révélateur définitif de Dieu.  »

« Proclamé Fils bien-aimé du Père lors du Baptême dans le Jourdain, il est Celui qui annonce la venue du Royaume, en témoigne par ses œuvres, en proclame les exigences.

C’est tout au long des années de sa vie publique que le mystère du Christ se révèle à un titre spécial comme mystère de lumière » :

« Tant que je suis dans le monde,
je suis la lumière du monde. »
 
(Jn 9,5)

Premier mystère de Lumière :


Au moment de son Baptême au Jourdain


Le Baptême au Jourdain est avant tout un mystère de lumière. En ce lieu, alors que le Christ descend dans les eaux du fleuve comme l’innocent qui se fait « péché » pour nous (cf. 2Co 5,21), les cieux s’ouvrent, la voix du Père le proclame son Fils bien-aimé (cf. Mt 3, 17), tandis que l’Esprit descend sur Lui pour l’investir de la mission qui l’attend.

Deuxième mystère de Lumière :


Dans son auto-révélation
aux noces de Cana :

« Faites tout ce qu’il vous dira »
                                                                    (Jn 2.5)


Le début des signes à Cana est un mystère de lumière (cf. Jn 2,.1-12), au moment où le Christ, changeant l’eau en vin, ouvre le cœur des disciples à la foi grâce à l’intervention de Marie, la première des croyantes.

Troisième mystère de Lumière :


Dans l’annonce du Royaume de Dieu
avec l’invitation à la conversion


C’est aussi un mystère de lumière que la prédication par laquelle Jésus annonce l’avènement du Royaume de Dieu et invite à la conversion (cf. Mc 1,15), remettant les péchés de ceux qui s’approchent de Lui avec une foi humble (cf. Mc 2, 3-13 ; Lc 7,47-48) ; ce ministère de miséricorde qu’il a commencé, il le poursuivra jusqu’à la fin des temps, principalement à travers le sacrement de la Réconciliation, confié à son Eglise (cf. Jn 20, 22-23).

Quatrième mystère de Lumière :


Dans sa Transfiguration


La Transfiguration est le mystère de lumière par excellence. Selon la tradition, elle survint sur le Mont Thabor. La gloire de la divinité resplendit sur le visage du Christ, tandis qu’ aux Apôtres en extase, le Père le donne à reconnaître pour qu’ils « l’écoutent » (cf. Lc 9,35) et qu’ils se préparent à vivre avec Lui le moment douloureux de la Passion, afin de parvenir avec Lui à la joie de la Résurrection et à une vie transfigurée par L’Esprit Saint.

Cinquième mystère de Lumière :


Dans l’institution de l’Eucharistie,
expression sacramentelle
du mystère pascal


Enfin, c’est un mystère de lumière que l’institution de l’Eucharistie dans laquelle le Christ se fait nourriture par son Corps et par son Sang sous les signes du pain et du vin, donnant « jusqu’au bout » le témoignage de son amour pour l’humanité (Jn 13,1), pour le salut de laquelle il s’offrira en sacrifice
.

 LE ROSAIRE UN TRESOR A REDECOUVRIR

(Cf. Lette apostolique Rosarium Virginis Mariae)


« Chers frères et sœurs ! Une prière aussi facile, et en même temps aussi riche, mérite vraiment d’être redécouverte par la communauté chrétienne…


٭ Je compte sur vous, les consacrés, hommes et femmes, appelés à un titre particulier à contempler le visage du Christ à l’école de Marie ;

٭ Je me tourne vers vous, frères et sœurs de toute condition, vers vous, familles chrétiennes, vers vous, malades et personnes âgées, vers vous les jeunes :

reprenez avec confiance le chapelet entre vos mains, le redécouvrant à la lumière de l’Ecriture, en harmonie avec la liturgie, dans le cadre de votre vie quotidienne.

Je fais volontiers miennes les paroles touchantes par lesquelles le bienheureux Bartolo Longo, apôtre du Rosaire termine la célèbre


Supplique à la Reine du Saint Rosaire

 Ô Rosaire béni par Marie,
douce chaîne qui nous relie à Dieu,
lien d’amour qui nous unit aux Anges,
tour de sagesse face aux assauts de l’enfer,
havre de sécurité dans le naufrage commun,
nous ne te lâcherons plus.
Tu seras notre réconfort à l’heure de l’agonie.
A toi, le dernier baiser de la vie qui s’éteint.
Et le dernier accent sur nos lèvres sera ton nom suave,
ô Reine du Rosaire de Pompéi,
ô notre Mère très chère,
ô Refuge des pécheurs,
ô souveraine Consolatrice des affligés.
Sois bénie en tout lieu, aujourd’hui et toujours,
sur la terre et dans le ciel.

Notre-Dame des Victoires et l'Enfant Jésus

Le Chapelet est récité à la basilique :
du dimanche au vendredi à 15 h 30

  • Les mystères joyeux le lundi
  • Les mystères lumineux le jeudi
  • Les mystères douloureux le mardi et le vendredi
  • Les mystères glorieux le mercredi et le dimanche

           et le Rosaire est récité le samedi à 14h30.