#Edito : Dieu fait Grâce


Le ministère public de Jésus commence dans l’évangile selon saint Luc par cette visite à la synagogue où il va commenter le prophète Isaïe.


Nous voyons déjà là un aspect de son ministère : annoncer la Parole de Dieu et la commenter.

Nous comprenons un peu mieux le sens de notre liturgie dominicale car, quand nous sommes rassemblés comme nous le sommes aujourd’hui, “comme un seul homme ” dit le Livre de Néhémie, nous sommes d’abord rassemblés pour écouter la proclamation de la Parole de Dieu, comme elle a été faite par Esdras devant le peuple réuni, comme elle est faite dans l’office à la synagogue chaque sabbat, comme elle est faite chaque dimanche à la célébration eucharistique.

 

Dieu rassemble son peuple pour s’adresser à lui, pour lui dire quelque chose, pour lui annoncer une bonne nouvelle. Cette bonne nouvelle, celle que Jésus commente dans le Livre d’Isaïe, c’est que Dieu a décidé une fois de plus de faire grâce. Une année de grâce s’ouvre devant nous, une année de bienfait, une année de miséricorde. Le prêtre qui a lu l’Evangile et qui essaye de vous l’expliquer est là lui aussi pour annoncer que cette année de bienfait, cet acte de miséricorde, cet acte de salut s’adresse à nous aujourd’hui. C’est ce que fait Jésus fait dans l’évangile de saint Luc : “Cette Parole s’est accomplie aujourd’hui pour nous “.

 

C’est donc l’acte de foi fondamental de toute notre communauté chrétienne que d’accueillir cette parole de Dieu comme une parole qui nous est adressée à nous. Voilà ce qu’est l’évangile selon saint Luc : nous allons le lire et le méditer tout au long de l’année liturgique comme une parole adressée à l’Eglise de notre temps. Dans cette année qui commence, la prophétie de la libération, de la délivrance, du salut, ce sont des nouvelles qui nous sont envoyées à nous pour nourrir notre foi, pour fortifier notre espérance. Qu’attendons-nous de notre participation à l’eucharistie du dimanche, sinon un renouveau de notre foi et de notre espérance, qu’attendons-nous sinon un renouveau de force et de joie dans la communion au Corps du Christ ?

 

+ André Vingt-Trois


ultricies quis, ut velit, mi, facilisis ut Lorem leo