#Edito : « Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde »


 « Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel » (Mc 13, 27).


Que veut dire cette phrase ? Qui sont les élus ? Les élus sont tous ceux qui sont choisis amoureusement par Dieu. Qui est choisi ? Celui qui le veut. « Il nous a élu dans le Christ » (Ep 1,4), « pour que le monde soit sauvé » (Jn 3,17). Aucune restriction, donc tous peuvent être choisis, sauf ceux qui ne le souhaitent pas.

Dieu nous fait la promesse de nous choisir. Cela augure du choix comme d’un acte de qualité non comme d’un acte de sélection. Chacun est choisi, comme un homme choisit sa femme, ou la femme son mari. Ainsi Dieu choisit son peuple, il choisit de lui donner sa vie. Son peuple, c’est nous, les hommes en qui coule la vie divine depuis la passion du Christ. Ainsi sommes-nous fils et filles élus du Père.

Il n’en fut pas toujours ainsi. Un autre peuple a reçu avant nous cette élection. Le peuple élu, les juifs, sont les premiers à avoir été choisis. Non parce qu’ils étaient puissants et forts mais plutôt parce qu’ils étaient pauvres et faibles. Ainsi la vie divine passait déjà en eux, et on ne pouvait pas se tromper sur son origine : elle ne pouvait venir que de Dieu. Pour eux, on peut parler d’un peuple sélectionné, mis à part. Pourquoi ? Pour que Dieu puisse s’incarner en Jésus Christ et que cette élection se répande sur toute la terre. Sont-ils toujours élus ? Bien sûr. Les dons de Dieu sont sans repentance. Nous sommes avec eux comme deux frères. Nous nous aiguillonnons mutuellement. Ils sont nos aînés et nous avons beaucoup à apprendre d’eux, particulièrement de la pédagogie divine. Mais ils ont aussi beaucoup à apprendre de nous. Particulièrement, comment nous vivons du levain nouveau qu’est le Christ. Comme le disait le Cardinal Lustiger : « La figure du Messie est en même temps la figure d’Israël ; la figure de Jésus est en même temps celle des siens : Israël et l’Eglise ».

 

Père Antoine d’Augustin


elit. ut venenatis elementum eleifend ut facilisis venenatis,