#Edito : Il Fallait que le Fils de l’Homme souffre beaucoup


“Passe dernière moi Satan !” Jésus ne s’adresse pas au prince des démons, mais à Pierre, Simon Pierre, notre premier pape.


Dans l’Évangile que nous entendons ce dimanche, Jésus voit en lui un obstacle au salut de l’humanité. Que s’est-il passé ?

Jusque-là, les disciples ne voyaient en Jésus qu’un maître, au mieux un prophète. Mais Lui ne veut pas qu’ils en restent là, sinon ils passeraient à côté d’un trésor dont ils ne profiteraient pas. Alors Il les interroge sur son identité pour leur faire prendre conscience de l’écart entre leur compréhension et LA vérité. L’enjeu est de taille puisque Jésus monte à Jérusalem et va mourir pour ressusciter. De cet événement va dépendre l’avenir du monde.

En leur nom, Pierre répond : «Tu es le Christ/Messie» La réponse de Pierre est incomplète, alors Jésus le rabroue (en grec le mot utilisé est proche de l’aboiement) et leur «défend de parler de lui à personne». Nous comprenons qu’ils ne sont pas mûrs : ils ont échoué à l’examen de passage.
Qu’ont-ils raté ?On l’apprend dans la suite du texte. Quand Pierre interdit à Jésus d’aller à Jérusalem pour y mourir et ressusciter, il montre qu’il n’a pas compris que la fécondité du Christ, comme la nôtre, passe par la croix : eux, ils croient en un Christ/Messie royal. Un homme politique, un chef de clan. Or c’est uniquement comme crucifié que Jésus peut être confessé comme fils de Dieu.

Mais comment comprendre cette véritable identité du Christ crucifié ? Nous devons entendre la même phrase que Pierre : passe derrière moi, sinon tu es un obstacle pour Moi. Le Seigneur nous dit : «Suis-moi, obéis-moi, ne fais pas ta volonté mais la mienne». C’est ainsi qu’Il veut nous sauver. Il veut par ce chemin, nous faire connaître le mystère de la croix. Obéir au Seigneur c’est l’aimer, c’est renoncer à soi-même, à sa volonté propre.

Ainsi nous pourrons dire comme Saint Paul, «pour moi, vivre c’est le Christ».

 

Père Antoine d’Augustin


vel, Praesent in commodo felis dictum Curabitur ipsum ut