#Edito : Le Seigneur vient !


La Parole de Dieu fut adressée à Jean dans le désert. Jean parcourt toute la région du Jourdain en proclamant un baptême de conversion pour le pardon des péchés pour préparer la venue du Messie qui seul pourra baptiser dans l’Esprit Saint.


       Saint Luc commence son Evangile par nous parler de l’environnement marqué par l’occupation romaine. Le peuple est en recherche d’espérance, dans l’attente d’un sauveur ! Et les foules viennent nombreuses à Jean. Le prophète est élu par Dieu pour nous aider à discerner. L’élection d’un est toujours au bénéfice de tous. La lumière de Dieu nous éclaire sur ce que l’on est. Nous sommes responsables de notre vocation au bonheur. Mais nous devons faire des choix et ces choix se font toujours dans la solitude. Le désert renvoie à une image de dénuement. Mais il est également, et surtout, un lieu d’intériorité qui nous rapproche de nous-même et de Dieu, où nous pouvons accueillir sa grâce, l’écouter parler à notre cœur, faire ces choix qui nous font pouvoir l’accueillir.

 

L’avent est ce temps de conversion et de joie qui nous est offert pour nous poser, à l’image de Marie, dans un acte de foi, sans rien attendre, tout simplement gratuitement. Et là, relisons le verset d’un hymne qui nous interpelle et nous invite à l’humilité et au don de soi pour le trouver dans la prière : « Qui donc est Dieu, s’il faut, pour le trouver, un cœur de pauvre ? » « Ferme ta porte et prie dans le secret ». Le cœur est à l’exemple du désert ce lieu où comme le Christ nous pouvons parler au Père.

 

Mais tout ceci n’aurait pas de sens si ce moment avec Dieu n’était pas l’occasion de nous tourner aussi vers l’autre, notre frère ou notre sœur, de porter attention à ceux qui sont loin, d’écouter, de donner. « Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer s’il n’aime l’homme ? »

 

Regardons pour finir par la fenêtre à l’exemple de nos enfants qui ouvrent chaque jour leur calendrier de l’Avent. Ils ont ces regards émerveillés, ils sont dans l’attente de Noël, de la venue du Seigneur, plein de résolutions et plein d’amour. Préparons-nous, nous aussi, avec ces regards d’enfants à mettre nos habits de fête. Le temps de l’Avent est un temps de joie où nous pouvons rendre grâce et recevoir sa grâce. Ne faisons pas comme cet invité au festin des noces à qui Jésus dit : « Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? »

« Jérusalem quitte ta robe de tristesse et de misère et revêts la parure de la gloire de Dieu ! »

 

 

Bertrand Chevalier, diacre


risus. fringilla felis consectetur nunc vulputate, suscipit mattis sit elementum luctus ut