#Edito : Nous sommes venus adorer le Seigneur !


Les mages ne sont pas des personnages romantiques venus d’ailleurs et qui repartent par un autre chemin…


Ils évoquent chaque homme dans sa quête d’une direction, d’un chemin à suivre vers la paix. Ils commencent par réfléchir et observer ce qui les entoure, au plus près : leur pensée. Et puis ils regardent plus loin, vers les étoiles. C’est en allant plus loin qu’eux même, plus loin que leur propre pensée, qu’ils trouvent ce qu’ils cherchent.

Sur le chemin de cette découverte, ils ont cru trouver la réponse au cœur de ce qui brille, à la cour du roi Hérode. Alors, l’étoile a disparu : ils ont vu moins de lumière pour les guider et ont entendu le mensonge d’un tyran avide de pouvoir, qui veut se servir d’eux.

Mais en sortant de la ville, ils retrouvent l’étoile juste là, au-dessus d’eux. Dieu ne lâche pas ses enfants. Il les mène à son Fils. Mais le reconnaîtront-ils ? Hérode lui-même et ses prêtres sont si près. Bethléem n’est qu’à quelques kilomètres. Et ils ne le voient pas.

Ils marchent surtout dans l’obscurité. Dieu les conduit dans l’ordinaire des jours. Quand ils arrivent à la crèche, ils sont prêts. Ils s’inclinent, reconnaissent et donnent. Quand Dieu nous saisit, nous touche, il partage sa gloire, ce qu’il est. Forcement après cela tout le monde sait qui est son Fils : celui qui sauve, celui qui fait sortir, repartir par un autre chemin, celui de la connaissance de la vérité. Seigneur, donne nous de te suivre pour nous incliner à notre tour devant ton Fils, pour lui donner tout ce que nous sommes.

 

 

Père Antoine d’Augustin


in mattis lectus quis, justo nec Praesent mattis efficitur. risus Curabitur elit.