Découvrir

La Chapelle des Saints Louis & Zélie Martin



Depuis 2012, une chapelle de la Basilique dédiée aux Saints Louis et Zélie Martin abrite leurs reliques. C’est un puissant lieu d’intercession pour les couples, les familles, les malades, les jeunes…


Béatifiés en 2008 par Benoît XVI, canonisés en 2015 par le Pape François, Louis et Zélie, dont la vie ordinaire a été vécue avec un amour extraordinaire malgré les épreuves, sont pour nous un modèle d’espérance. Personnes souhaitant fonder un foyer, cherchant leur vocation, parents éprouvés par les difficultés de l’éducation ou la perte d’un enfant, personnes touchées par la maladie physique ou psychique, fragilisées ou en fin de vie, nous avons en eux de puissants intercesseurs auprès de Dieu !

La force du couple Martin est son grand amour de Dieu et de la Sainte Vierge. La famille entretient particulièrement une grande dévotion à Notre Dame des Victoires.

Etudiant horloger à Paris, alors qu’il cherche encore sa vocation et face aux tentations de la capitale, Louis se confie à la Vierge, se rendant assidûment au sanctuaire Notre Dame des Victoires, qu’il aimera toujours d’une manière particulière. Plus tard, en 1863, il écrit à celle qui est devenue son épouse, Zélie : « J’ai eu le bonheur de communier à Notre Dame des Victoires, qui est comme un petit paradis terrestre. J’ai aussi fait brûler un cierge à l’intention de toute la famille. » (CF 2 bis)

Jeune dentellière, Zélie, elle aussi cherche sa vocation et se confie à Notre Dame des Victoires en se rendant auprès de sa statue en l’église Saint Léonard d’Alençon (Orne). Plusieurs de ses lettres expriment sa dévotion et sa confiance en elle. Ainsi, écrit-elle à son frère Isidore en 1863 : « Si tu consentais seulement à faire une chose que je vais te dire, et que tu voulusses bien me la donner pour étrennes, je serais plus heureuse que si tu m’envoyais tout Paris. Voici : tu habites tout près de Notre Dame des Victoires. Eh bien ! Entres-y seulement une fois par jour pour dire un Ave Maria à la Sainte Vierge. » (CF 1).

Cette confiance en Marie rejaillit sur toute la famille, et particulièrement sur Thérèse, la dernière des neufs enfants du couple. Tombée gravement malade à l’âge de 9 ans, elle qui a perdu très jeune sa propre mère, se tourne vers sa Mère du Ciel. Les médecins sont impuissants, mais Louis reste confiant. Thérèse raconte : « Un jour je vis Papa entrer dans la chambre de Marie où j’étais couchée ; il lui donna plusieurs pièces d’or avec une expression de grande tristesse et lui dit d’écrire à Paris et de faire dire des messes à Notre-Dame des Victoires pour qu’elle guérisse sa pauvre petite fille. Ah ! que je fus touchée en voyant la Foi et l’Amour de mon Roi chéri ! J’aurais voulu pouvoir lui dire que j’étais guérie, mais je lui avais déjà fait assez de fausses joies, ce n’était pas mes désirs qui pouvaient faire un miracle, car il en fallait un pour me guérir… Il fallait un miracle et ce fut Notre-Dame des Victoires qui le fit. (Ms A, 30r°) » Au terme de la neuvaine, le 13 mai 1883, Thérèse voit la statue de la Vierge lui sourire. Cette grâce du « ravissant sourire de la Reine des Cieux » la guérie.

Quatre ans plus tard, alors qu’elle se rend en pèlerinage à Rome afin de demander au Saint Père l’autorisation d’entrer au Carmel à 15 ans, Thérèse, accompagnée de son père Louis et de sa sœur Céline, s’arrête à Paris. Le 4 novembre 1887, elle vient remercier la Vierge de sa guérison et reçoit d’autres grâces. « Arrivés à Paris dans la matinée, nous commençâmes aussitôt à le visiter. Ce pauvre petit père se fatigua beaucoup afin de nous faire plaisir, aussi nous eûmes bientôt vu toutes les merveilles de la capitale. Pour moi, je n’en trouvais qu’une seule qui me ravît. Cette merveille fut : Notre-Dame des Victoires. Ah! Ce que j’ai senti à ses pieds, je ne pourrais le dire… Les grâces qu’elle m’accorda m’émurent si profondément que mes larmes seules traduisirent mon bonheur comme au jour de ma 1ère communion… La Sainte Vierge m’a fait sentir que c’était vraiment elle qui m’avait souri et m’avait guérie. J’ai compris qu’elle veillait sur moi, que j’étais son enfant, aussi, je ne pouvais plus lui donner que le nom de Maman car il me semblait encore plus tendre que celui de Mère (Ms A- 56 v) ».

De père en fille, dans les joies et dans les peines, Notre Dame des Victoires a veillé sur la famille Martin. Haut lieu thérésien, il était évident que la Basilique devienne aussi un lieu de pèlerinage à la suite des saints époux et parents de la petite Thérèse. On peut désormais les prier et vénérer leurs reliques en ce lieu. Comme elle les accompagna, Notre Dame des Victoires saura accompagner tous ceux qui se confient à leur intercession.


Praesent id lectus leo. libero elit. Praesent sit